-->

ARTCANCRE:Le cinoche des cancres

JUKEBOX 1 CHOISISSEZ VOTRE TITRE ET CLIQUEZ SUR LECTURE JUKEBOX 2  SELECTIONNEZ UN TITRE ET CLIQUEZ SUR LECTURE

vendredi 2 novembre 2007

FRONTIERES

18656488

Réalisé par Xavier Gens en 2007

Avec Karina Testa, Aurelien Wilk, Samuel Le Bihan, Estelle Le febure, Maud Forget et la participation de Yannick Dahan

Alors que l'extrême droite arrive au second tour de l'élection présidentielle, un groupe de jeunes braqueurs débarque dans une auberge en pleine forêt. Celle-ci est située dans une ancienne friche minière et ses tenanciers sont particulièrement sordides...


TRAILER


Xavier Gens cite le "Massacre à la tronçonneuse" de Tobe Hooper comme
son film de référence en matière de climax poisseux, et le moins que
l'on puisse dire, c'est qu'il n'aura pas à rougir de la comparaison.
"Frontière(s)" n'est ni plus ni moins qu'une très grosse claque dans la
gueule, malgré quelques petites erreurs de jeunesse...

Le contexte du film n'est déjà pas propice à la sérénade : Xavier Gens
choisit de planter son action lorsque l'extrême droite décroche une
place au second tour des élections présidentielles, ce qui lui permet,
en tant qu'artiste, de prendre parti, délivrer un message sans que
cela soit au final convenu (c'est même plutôt salutaire). Il dénonce
donc au passage la dérive qu'hélas le pays n'en finit pas de
connaître... But louable ma foi, ce coup de gueule en sous-texte est
donc prétexte à faire connaissance avec une bande de petits truands
pour qui un braquage tourne mal.
Hystérie, loose, déchirements, débâcle et même issue fatale pour l'un
des protagonistes. Le groupe trouve refuge dans une auberge paumée en
rase campagne, située dans une ancienne friche minière peu affriolante
et régal de décor glauquissime... la planque va vite se révéler être un
cauchemar absolu car les hôtes de ceux lieux sont relativement
dégénérés, et bien décidés à bouffer du fuyard à tous les repas...

Le prologue urbain et policier s'avère être l'une des limites du film,
car on sent que xavier gens n'a pas eu les moyens de fouiller
psychologiquement cette présentation des personnages. On fait irruption
dans la débâcle manière immergente grâce aux mouvements de caméra
hypra-rapides et haletants, on ne fait malheureusement qu'effleurer
l'intimité de ces jeunes déchirés, et l'empathie ne se fait pas
vraiment... Lors de l'avant-première à Strasbourg, Xavier reconnaît
lui-même les limites de ces scènes d'exposition, dues à des limites
budgétaires entre autres.
On perçoit ce prologue comme un peu "vite expédié" et parfois presque
un peu limite au niveau de la direction d'acteurs, et du jeu de
certains personnages, mais bon, on se dit que le film de genre c'est
""ça aussi" et puis... dès que le premier groupe de fuyards débarque à
l'auberge, toutes ces petites réserves ne vont pas tarder à être
balayées car on bascule très rapidement dans ce qui est, à mon sens, ni
plus-ni moins qu'un très grand survival.

Choc majeur ce "Frontière(s)", qui imprime la rétine et le cerveau de
manière durable, et fait instantanément passer tous les survivals
récents, même si parfois estimables (Wolfcreek, la colline a des yeux
etc.) pour des remakes de "mon curé chez les nudistes" car en matière
d'ambiance poisseuse et de menace glauque, le film emporte haut-la-main
la palme, tout en évitant finalement la surenchère du gore, ce qui en
soit est une réussite comparable au film de Tobe Hooper qui, malgré sa
réputation gore, est plus éprouvant dans sa suggestion (bande son,
ambiance, décors, lumières) que par la vision des massacres, très
limitée au final. Attention cependant, l'amateur de scènes
estomaquantes vont être servies et de véritables mini-séismes visuels
émaillent le film... On sent vraiment que Xavier Gens est un amoureux
du film de genre, et que l'hommage est beaucoup plus subtil que la
simple représentation d'un catalogue de scènes-choc recrachées les unes
derrière les autres comme beaucoup de films l'ont fait auparavant. Le
travail sur la bande-son ainsi que la photographie très terreuse sont
vraiment une réussite et participent largement à ce choc visuel et
physique... Le parti-pris de filmer toujours au plus prêt des visages
contribue également à nous faire ressentir le film comme un long
uppercut, nous vivons le cauchemar en direct, nous sommes dans la
friche...
Physique, c'est le terme qui convient à mon sens le mieux pour décrire
ce que l'on ressent tout au long du film, et qui va aller crescendo. À
ce niveau, Xavier Gens fait déjà preuve d'une étonnante maîtrise, d'une
grande maturité dans ses choix, ce qui laisse à penser que l'on tient
un futur incontournable du film de genre !

Très rapidement le personnage de la jeune fuyarde enceinte va devenir
le vrai sujet du film, et plus particulièrement ses relations avec la
plus jeune des "filles" du "bon doktor", tout l'enjeu du film étant au
final de révéler que la nature et l'humanité sont toujours
sous-jacentes et victorieuses, le but de ces deux femmes étant, de
manière viscérale, de sauver leurs vies pour sauver la vie de leurs
descendance.
L'une va survivre par tous les moyens, faire preuve d'une sauvagerie
totale qu'elle ira chercher loin en elle-même, mue par l'instinct
primaire de la femme qui porte un enfant. L'autre, jeune femme a qui on
a tout pris et qui est mère d'enfants dégénérés, choisira de défendre
la fille-mère et de rester auprès de ses enfants. Le choix de ne faire
des enfants que des apparitions fantomatiques est clairement assumé par
le réalisateur, qui a préféré couper au montage des scènes trop
didactiques qui ne le satisfaisaient pas. Notre imaginaire ainsi que
nos souvenirs mi-tchernobyl mi-cinéphiles sont suffisamment puissants
pour créer une représentation de cette horreur enfantine, et la
pression ainsi engendrée n'en est que décuplée.

Film humaniste avant tout pour qui acceptera de prendre de la hauteur
une fois passé le choc, "Frontière(s) nous dépeint un monde finissant,
gangrené, délabré, mais qui porte toujours en son sein la pureté de
l'enfantement, la promesse d'un avenir différent. À ce titre les deux
personnages féminins sont remarquablement imaginés, et incarnés, et
font ressortir un message formidable, celui de l'idéalisme, idéalisme
renforcé par les deux personnages du père nazi ainsi que du fils que
joue Samuel Le Bihan, qui sont tous deux surjoués, puissants,
caricaturaux à l'extrême et assumés dans ce sens, pari osé et réussi
car cette surenchère ne fait que mettre en lumière le grotesque social
ambiant, les monstres que l'humanité a pu engendrer et contre lesquels
nous devons lutter pour offrir à des enfants la possibilité d'un
ailleurs, d'un mieux...
C'est toute la force du film de Xavier Gens, un survival à la
française, un film choc de sensibilité européenne, avec tout ce que
cela peut avoir de connotation positive et profondément humain, tout
comme l'était également "Calvaire" avant lui et c'est un hasard (Xavier
Gens
n'a vu Calvaire qu'après avoir réalisé son propre film).

Film à voir absolument, film dur de dur, choc, humain, imparfait et
prometteur, Frontière(s) vous attend et s'apprête à vous mettre le nez
dans la porcherie, l'âme encore plus face à la réalité d'une société
malade et qui engendre chaque jour davantage plus de monstres et de
tristesse.

-p_ko-

LE PREMIER ATRICLE SUR FRONTIERES: ICI

Posté par cinecancre à 13:10 - SURVIVAL - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

    l'espoir !

    et bien oufff !! apres la désilusion du halloween " zombiesque " voila enfin une bonne nouvelle ... en tout les cas , p_ko , a lire ta critique si brillament écrite , j'en salive d'avance de " comment tu ma embarqué dans le délire " et depuis le temps qu'ont le suivait sur artcancre , toute cette attente n'a donc pas été inutile ! et voila encore un cinéaste français qui nous fait plaisir ...en esperant qu'il ne va pas faire comme beaucoup et ce tiré aux usa ....mais bon , ta critique est trop genial pour me faire allez vers de mauvaises pensées ... Je profite de ton entousiasme en attendant le miens....

    -lacenaire-

    Posté par lacenaire, vendredi 2 novembre 2007 à 18:39
  • oui !

    Bien hâte de le voir, avec ses qualités et ses défauts, ca a l'air d'un sacré bon film, oui monsieur !

    Posté par Blanc Citron, samedi 3 novembre 2007 à 16:35
  • et oui...

    ... j'ai aimé ! C'est vrai qu'il a ses qualités et ses défauts, le début est parfois un peu limite au niveau interprétation et le choix d'estelle lefébure est... comment dire... étrange... et en même temps conforme à un certain monde du cinéma de genre... un peu caricatural et assumé... en fait c'est un drôle de film, qui fait parfois autant rire que frémir, les genres se mélangent et dans la salle cette osmose était assez amusante à vivre, les scènes tendues à donf étaient quelquefois ponctuées de répliques ou de situations qui faisaient rire pour mieux supporter... j'aime bien car xavier gens a réussi à déstabiliser le public, et à nous embarquer dans son amour du cinéma, ça se sent !

    à vous de voir, j'attends VOS réactions, et vos joies ou déceptions... en tout cas je pense que c'est un cinéaste sur qui compter, mais qui est je pense déjà 'banquaibeule' aux states avec hitman....... et ouais...

    p_ko

    Posté par p_ko, samedi 3 novembre 2007 à 18:33
  • é bééé

    Bel article ca donne bien envie!!!

    Où est ce que tu as eu la chance de le voir?

    Y.D

    Posté par Yann Danh, dimanche 4 novembre 2007 à 15:41
  • eeeeh ouais !

    oui c'est vrai que j'ai eu du bol, et je dois cette séance très spéciale à "l'étrange festival" qui a fait son ouverture à strasbourg, avec "frontières", et cerise sur le gâteau, toute l'équipe du film était présente, xavier gens et pratiquement tous les acteurs, c'était vraiment une bonne soirée...

    maintenant j'attends qu'il sorte "officiellement"... pour retourner le voir !

    p_ko

    Posté par p_ko, dimanche 4 novembre 2007 à 22:23
  • XAVIER

    le grand xav a lu ta critique mon cher p_ko et il apprecie...


    "Merci pour cette superbe critique et merci d'avoir su analyser le film comme peu de critiques l'on fait."

    C'est flatteur et ca fait vraiment plaisir....

    -jonathan-

    Posté par kit, lundi 5 novembre 2007 à 10:10
  • Ouuuaaaaahhh

    bien sûr que c'est flatteur, ça me touche vraiment, maintenant j'espère que les futurs spectateurs recevront le film d'une belle et bonne manière aussi, car à mon avis xavier gens le mérite, ce serait bien que le film puisse vivre sa vie dignement, et pas à l'ombre des grosses bouses saturées de fric et sans imagination... on verra !

    merci encore à xavier pour ses mots et... on attend la suite !!!

    p_ko

    Posté par p_ko, lundi 5 novembre 2007 à 22:33
  • C'est clair que ca fait un bon paquet de temps qu'on l'attend celui-ci!

    Posté par Crevette Zombie, lundi 12 novembre 2007 à 15:05
  • SOrry pour le HS mais cest la CATA!!!!

    C'est la CATA :

    EDEN LOG le film de Franck Vestiel ne sortira que sur 2 salles a Paris, 9 salles Paris-périphérique et 64 salles France. Autant dire que le film est "mis à la poubelle".

    La nouvelle vient de tomber et montre bien à quel point la France est fière de sa diversité cinématographique... C'est une honte !!!!!! On se plaint d'un manque de créativité en France, mais on se rend bien compte que lorsque l'on ne fait pas un film "comme celui du voisin" (si possible une comédie) et bien on se retrouve mis sur la touche !!

    Je vous conseil donc d'aller nombreux en salles le mercredi 26 Décembre 2007 afin de montrer aux hautes instances du cinéma que le marché international n'est pas le seul a croire dans ce film.

    En effet, EDEN LOG a été acheté par le monde entier et aura même droit à une sortie US en salles... Une sortie évidemment plus audacieuse que sa sortie France...

    Comme le dit Julien Seri, il s'agît là, pûrement et simplement d'une mise à mort, d'une exécution en place publique, d'un sacrifice !!! Le sacrifice d'un film sur l'autel de la cupidité et de l'absence de clairvoyance. Le sacrifice d'une oeuvre courageuse sur l'autel de la bêtise érigé par la distribution française qui ne croit pas à l'évident potentiel des films de jeunes cinéastes français passionnés et talentueux...

    Soutenir EDEN LOG, c'est soutenir tout un pan du cinéma Hexagonal. C'est soutenir un film jusqu'auboutiste, un film dont beaucoup s'accordent à dire qu'il respire l'humilité, la sincérité et l'honnêteté, c'est soutenir les films de genre à venir qui pourraient, eux aussi, faire les frais de cette absence totale de courage, d'envie, de passion et de discernement des "costards cravates" crétins qui décident, dans leurs confortables bureaux, de la vie ou non d'un film en levant ou en baissant le pouce. Je pense par exemple, et entre autres, à MUTANTS de David Morley, à DANTE 01 de Marc Caro, à FRONTIERE(s) de Xavier Gens, à ASYLUM d'Olivier Chateau et à bien d'autres films encore...

    EDEN LOG sort dans un réseau de salles très très réduit... C'est un constat, et on ne peut plus rien faire pour ça. Ce que l'on peut faire, tous ensemble, c'est de montrer que le film est aimé, qu'il est soutenu, qu'il intêresse, qu'il aurait pu tout aussi bien faire des entrées dans plus de salles. C'est de montrer que les décisionnaires de la distribution ont tort, c'est de montrer que les films à venir auront leur place au cinéma dans plus de salles.

    Le meilleur moyen de soutenir le film est d'aller le voir le mercredi 26 décembre. Pas le 27, pas le 28, il ne faut pas se dire : "Aujourd'hui je vais voir tel ou tel film, j'irai voir EDEN LOG plus tard", non ! C'est dés le premier jour d'exploitation qu'un petit film comme EDEN LOG a besoin de nous tous, vous irez voir "Hitman" ou "A la croisée des chemins" un autre jour, ils resteront à l'affiche dans plus de salles et plus longtemps. Faites un choix le 26 décembre, et faites le bon...

    Merci de votre attention.

    Posté par YANN DANH, vendredi 21 décembre 2007 à 23:44
  • et ouais !

    Tout ce que je peux dire en lisant cela, c'est que ce constat-là, est hélas habituel, je ne sais pas vraiment si les choses changeront, c'est vrai que le seul pouvoir que nous avons est de soutenir à notre niveau ces films-là, en allant les voir, en prouvant en effet qu'il y a un public que ça intéresse, et que des chiasses comme "l'auberge rouge" ça n'est pas tout, et que ça fait plutôt honte au cinéma français...

    voilà voilà...
    p_ko

    Posté par p_ko, dimanche 30 décembre 2007 à 09:39
  • Juste de passage pour dire...

    Bon anniversaire Kit !

    Posté par Nio, lundi 31 décembre 2007 à 19:26
  • ah et ben...

    ...je te souhaite donc moi aussi un très bon anniversaire ! et aussi, tant qu'on y est, une année bourrée de beaux chocs cinéma + amour au beau fixe !!

    à bientôt,
    p_ko

    Posté par p_ko, mardi 1 janvier 2008 à 14:44
  • meilleurs voeux!

    Un petit mot pour te souhaiter une bonne année, ami Kit, ainsi qu'à toute l'équipe d'Artcancre, et une bonne chiée de films comme on aime.
    Tu te fais rare en ce moment... Tu nous tournerais pas un autre film, des fois?...
    Hélas pas pu voir "Frontières" - la damned malédiction des cinoches de province! - mais en revanche il passe "Hitman" de par chez moi: je vais aller y jeter un oeil et je t'en recause éventuellement...

    Posté par patchworkman, dimanche 6 janvier 2008 à 12:33
  • salut a tous

    Et merci beaucoup...

    Patch: Non je ne tourne pas mais ma vie privee me prends enormement de temps... car l'ami kit se prepare a se marier... he oui.. voila mine de rien je glisse cette nouvelle... cela dit j'espere pouvoir reecrire bientot, trouver le temps et la motivation de faire qelques critiques de tous les merveilles de ciné que j'ai vu recemment...

    Ce soir pour moi et ma cherie c'est premier episode de notre marathon ROME dont on vient d'acquerir l'integrale, je vous en recause bientot

    A plus, et bonne annee

    kit

    Posté par kit, dimanche 6 janvier 2008 à 20:26
  • Bonne année a tous!

    Posté par Crevette Zombie, mercredi 9 janvier 2008 à 17:46
  • OUPS !!

    ainsi ne parla plus zarathoustra !

    bonne année a toi crevette !

    Posté par lacenaire, mercredi 9 janvier 2008 à 18:19
  • hé les gars

    J'poste ce comm juste pour dire que je suis allé voir il y a peu Hitman du grand Xav et y a du talent derrière la caméra. J'vous fais une chronique dans pas longtemps (et une critique de Die Hard 4 qu'un certain kit attend depuis septembre -__-)

    -Ze Ring-

    Posté par Ze Ring, mercredi 23 janvier 2008 à 19:49

Poster un commentaire venus de l'enfer